jeudi 12 janvier 2017

La Malédiction de la Dépression

La dépression n’est pas une fatalité ni une condamnation. La dépression est l’état de désespoir de l’âme.
Malheureusement, le dépressif ne voit pas que la dépression est un problème de l’âme. Et, plus aiguë est le niveau de la dépression, plus grand est le cri de l’âme à la recherche d’aide.
 Symptômes de la Dépression
Imaginez quelqu’un qui, à un moment donné, décide de jeter tout ce qu’il a de bon à la maison. Au fur et à mesure qu’il regarde autour de lui, il voit la maison vide et pense en lui-même: «Je n’ai rien, je vais être dans la misère, je n’ai pas d’avenir, je n’ai plus d’espoir, je suis perdu et je ne vois aucune issue, si ce n’est la mort…»
 La sensation de vide profond est la plus grande douleur du dépressif. Les symptômes de la dépression commencent par le doute, puis viennent la peur, le vide, la tristesse profonde, l’agonie et ainsi de suite.
 Solution pour la Dépression
Traiter la dépression c’est traiter l’ÂME. Et pour traiter l’ÂME, il n’existe qu’un seul chemin: ÉCOUTER la Parole de Dieu; MÉDITER les Saintes Écritures, enfin, ABSORBER l’Esprit de la Bible.
 Le Seigneur Jésus a dit:
L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la Bouche de Dieu. Matthieu 4:4
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

vendredi 6 janvier 2017

COLGATE: De peu à beaucoup

Pourquoi le mal prévaut-il?

Pourquoi le mal prévaut-il dans la vie de nombreuses personnes qui professent une foi en Dieu? Pourquoi y a-t-il tant de croyants sincères vivant une vie infernale, même en fréquentant une église et, parfois, même en exerçant un poste de confiance et de renommée dans la congrégation?
Jésus a dit:
Et Moi, Je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre Je bâtirai Mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.Matthieu 16:18
L’église à laquelle Jésus Se réfère n’est rien d‘autre qu’:
une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. 1 Pierre 2:9
De tout l’univers chrétien, Dieu est en train de séparer la génération élue, formant la nation sainte, qui est composée de ceux qui construisent leur vie par le sacrifice placé sur la «Pierre» (Autel), qui est le Seigneur Jésus. Pour faire partie de cette «race élue», il ne suffit pas de fréquenter une dénomination, être évangélique, recevoir une bénédiction, ici ou là, nous devons renoncer aux valeurs de ce monde et prendre cette attitude: 
Jette l’or dans la poussière, l’or d’Ophir parmi les cailloux des torrents; et le Tout-Puissant sera ton or, ton argent, ta richesse. Job 22:24-25
Abraham a fait de même, il a placé: «ton fils, ton fils unique, Isaac» qui représente, au-delà de son passé – en attendant 100 ans pour l’avoir – son présent – pour avoir été leur plus grand trésor ici sur terre, beaucoup plus précieux que ses richesses – et son avenir: pour être la garantie l’extension de sa génération. Il l’a posé sur la Pierre (Jésus) et l’a offert. Abraham est devenu alors le père de la foi, puis de cette nation sainte, pour vivre dans un paradis ici sur terre et dans le monde à venir, dans la gloire éternelle avec notre Seigneur.
Profitez de l’opportunité qui vous est donnée, montez sur cette Pierre (Jésus) et agissez la foi. Déversez-vous sans réserve sur l’Autel et devenez l’Église du Seigneur Jésus et à aucun moment, les portes du séjour des morts ne prévaudront contre votre vie.
Que Dieu vous bénisse!

Collaboration: Evêque Sergio Corrêa
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Arbre Planté par le Père

Lorsque le feu s’éteint dans la forêt, tous courent. Tous les animaux essaient de s’échapper.
Les oiseaux volent ailleurs. Même le lion, pour plus fort, plus dominateur et craint dans la forêt, il court aussi. La seule qui ne court pas c’est l’arbre.
Le feu demande à l’arbre:
Arbre, tout le monde court et vous vous n’allez pas courrir?
L’arbre répond:
– Je suis l’arbre planté par Dieu. Tu passeras par moi, brûlera mes fruits et feuilles, mais bientôt je refleurirai, car ma racine, tu ne peux pas la brûler. Mes branches, mes feuilles et fruits vont réapparaître, car l’arbre que Dieu plante, personne ne peut l’arracher, personne ne la tue.
Le Très-Haut nous soutiendra tout au long de notre vie sur cette terre.
Le feu vient, nous serons fermes, car nous sommes des arbres plantés par Dieu. Donc, quelle que soit la situation, par laquelle nous passions, nos racines sont fermes en Celui qui peut tout.
Les justes croissent comme le palmier, ils s’élèvent comme le cèdre du Liban. Plantés dans la maison de l’Eternel, ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu; ils portent encore des fruits dans la vieillesse, Ils sont pleins de sève et verdoyants… Psaume 92:12-14
Evêque, que Dieu vous bénisse de plus en plus!
Le Chili prie pour vous évêque et pour Mme. Ester.
Collaboration: Evêque Agnaldo Silva
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Servant Dieu sans Dieu

Il n’existe rien de pire que l’esprit de la tromperie, il vient en agissant pendant des milliers d’années, quelquefois, même en se passant pour un ange de lumière. Il réussit à s’infiltrer d’une manière imperceptible et seulement celui qui a le Saint-Esprit réussit à avoir le discernement pour remarquer ses pièges.
L’esprit de la tromperie a déjà été dans la lumière, il sait très bien comment était le fonctionnement du Royaume, bien qu’aujourd’hui, il vive dans l’obscurité, il n’a pas cessé d’être un ange, déchu, mais un ange. Nous ne pouvons pas oublier qu’il a souhaité être à la place de Dieu. Il était envieux, rebelle, orgueilleux et il a même semé la division des anges, qui n’avaient qu’une finalité: servir Dieu.
Lorsqu’une personne a ces sentiments cachés au plus profond de l’âme, où personne ne peut voir, là se cache l’esprit de la tromperie. Elle se présente avec une fausse humilité, quelqu’un qui veut le bien des autres, mais là au fond, comme Lucifer, elle cache sa réelle intention, qui est de se servir à elle-même et avoir la gloire de ce monde.
Alors, pourquoi le titre «Servant Dieu sans Dieu»?
Nous savons que le premier roi d’Israël fut Saül, il était un genre de chef que toute nation voulait avoir. Saul était un homme haut et beau de la tribu de Benjamin. Au début, Dieu a vu en lui de bonnes qualités et lui a donné une opportunité de prouver son caractère et d’être élevé à une position de plus de responsabilité. Au début, il a démontré être un élu, avec une attitude d’humilité qui lui donnait toute condition d’être un excellent roi.
Néanmoins, malheureusement, Saül est tombé dans l’erreur, qui détruit beaucoup d’hommes de Dieu. Au lieu de maintenir son humilité devant Dieu, comme serviteur du peuple, il a commencé à s’inquiéter de sa propre position et honneur. Avec ce changement d’objectif, Saül est devenu un très mauvais roi. Avec le même péché de Lucifer, il s’est dévié de son appel. Avec la désobéissance, la révolte et l’orgueil, est aussi venue sa chute, à tel point que Dieu a dit:
Je Me repens d’avoir établi Saül pour roi, car il se détourne de Moi et il n’observe point Mes paroles. Samuel fut irrité, et il cria à l’Eternel toute la nuit. 1 Samuel 15:11
Dieu n’était plus avec Saül et il le savait, mais il dissimulait devant le peuple, il agissait comme un oint. L’esprit de la tromperie était en lui. Il est resté 40 ans en train de régner sur la nation, aux yeux du peuple, il était encore roi, mais aux yeux de Dieu plus maintenant. Il servait le peuple et «Dieu», mais sans Dieu.
Beaucoup sont dans le même situation, parlant de Dieu, agissant comme des oints, mais déchus dans leurs péchés, servant «Dieu» avec l’esprit de la haine, de la jalousie et de l’orgueil.

Que Dieu ait miséricorde!

Collaboration: Pasteur Luis Marcelo da Silva

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Commerce d’âmes

Les nombres du Ministère de la Santé, divulgués par l’État cette semaine montrent que meurent, PAR JOUR, environ QUATRE femmes qui cherchent de l’aide dans les hôpitaux en raison de complications dues à l’avortement. Jusqu’à ce que cette donnée soit divulguée, les chiffres officiels montraient qu’une femme mourait tous les deux jours. C’est un grave problème qui ne se décide pas avec l’interdiction de la pratique. La loi, telle qu’elle est, n’aide en rien ni la mère, ni l’enfant.
Beaucoup de Chrétiens, néanmoins, pensent que nous sommes en train de parler du décès d’assassins et, donc, pensent que ce serait un genre de «punition Divine». Cette idée a une racine dans la tradition religieuse catholique. Néanmoins, si vous voulez savoir l’avis de Dieu à ce sujet, ne demandez à aucune religion, voyez ce que Lui-même dit dans la Bible:
Si des hommes se querellent, et qu’ils heurtent une femme enceinte, et la fassent accoucher, sans autre accident, ils seront punis d’une amende imposée par le mari de la femme, et qu’ils paieront devant les juges. Mais s’il y a un accidenttu donneras vie pour vie.Exode 21:22-23
Si Dieu voyait comme les religieux d’aujourd’hui, tant la mort de la femme que l’avortement seraient alors le même crime: un meurtre. Néanmoins, ce n’est pas ainsi qu’Il voit. Si la blessure provoquait la mort de la femme, la peine serait la mort. Mais si elle provoquait seulement l’avortement, la peine serait une amende. Cela parce que l’embryon serait considéré comme une partie du corps de la mère et seulement vue comme une vie indépendante après la naissance.
Que vous soyez d’accord ou non, c’est l’entendement biblique. L’avortement est un dommage, oui, mais ce n’est pas comparable au décès de la mère. Le reste, est tradition religieuse et avis personnel. Et le fait est que cette tradition a coûté quatre âmes par jour, tous les jours.   
Les plus grandes victimes, comme toujours, sont les plus pauvres. Celui qui a des conditions fait l’avortement à l’étranger ou dans des cliniques plus structurées, avec de vrais médecins. Celui qui n’en a pas, fait appel à des médicaments abortifs ou à un endroit étrange quelconque. 
Beaucoup, conduits par des bandits qui ne veulent que de l’argent et ne se préoccupent pas de la vie de la femme. Le résultat? Perforations utérines, hémorragies et infections. Presque toujours, ce n’est pas l’avortement qui tue la femme. C’est l’avortement mal fait, clandestin. Selon l’IBGE, la plupart des femmes, qui avortent ont déjà des enfants. C’est-à-dire, outre notre loi arriérée alimentaire, ce commerce d’âmes laisse encore des milliers d’enfants sans mères. Et, que les religieux m’excusent, c’est absurdement cruel et antichrétien d’accuser ces mères de leurs propres décès. Quand le décès est de quelqu’un de notre famille, nous percevons, qu’un par an, est déjà une tragédie. Imaginez une âme étant fauchée tous les deux jours. Ou quatre par jour!
Pour être exposés à ces risques, ces femmes sont désespérées, pensant qu’elles n’ont pas d’autre issue. Elles sont souvent seules, sans qui compter. Si la procédure était légalisée, elles arriveraient à l’hôpital et trouveraient une équipe multidisciplinaire pour les accueillir: un groupe de professionnels de la santé intéressés par le bien-être du patient et non l’argent qu’elle a à leur offrir.
Elles auraient l’appui du psychologue et de l’assistante sociale pour parler et décider si c’est vraiment le meilleur choix. Et elles pourraient, réellement, faire leur choix. En Uruguay, un pays qui a légalisé l’avortement récemment, c’est exactement ainsi que cela fonctionne. Certaines se ravisent, décident de continuer la grossesse et arrivent à obtenir un appui pour leurs enfants. D’autres, décident de maintenir leur décision, en mettant fin à la grossesse et font la procédure en toute sécurité et sans complications, en maintenant la santé, la dignité et sa propre âme.
Nous ne pouvons pas nous voiler la face, en croyant que maintenir l’avortement dans l’illégalité fera que les femmes n’avortent pas. Ni nous exempter de la responsabilité, lorsqu’ils meurent sur la table des «bouchers» et nous le savons par les journaux. Nous sommes responsables, oui, si nous continuons à trouver qu’elles ne méritent pas d’être protégées par la loi. Être en faveur de la légalisation de l’avortement n’est pas, nécessairement, être en faveur de l’avortement. Personne n’a besoin d’être en faveur du cancer et de la cigarette pour être en faveur de ce que l’État offre, par la loi, le traitement du cancer du poumon à des fumeurs et leur épargnent la vie. Avec l’avortement dûment réglementé, offert avec sécurité, principalement aux femmes pauvres et à celles qui manquent d’assistance, là, oui, nous pouvons commencer à discuter s’il est correct ou non, sur base d’avis personnels. L’important — et l’urgent — est que ces femmes arrêtent de mourir.

Collaboration: Vanessa Lampert
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Théocratie, monarchie, dictature, démocratie ou quoi?

Quel serait le meilleur système de gouvernement pour une nation?
Un citoyen n’a pas le droit d’opter pour le meilleur système de gouvernement pour son pays, mais il peut le faire pour sa vie personnelle. Grâce à Dieu que chaque personne a le droit et le privilège de faire son propre choix, indépendamment des autres citoyens. C’est exactement cela que le Seigneur Jésus a proposé à ceux qui Le suivent, en disant:
 Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jean 8:32
Bien que le gouvernement de ce monde ne donne pas la possibilité de choisir le système de gouvernement, qui satisfasse nos attentes spirituelles, nous avons en Jésus-Christ, notre Seigneur, ce droit. C’est la seule possibilité et la seule garantie d’avoir la vie avec abondance.
Lorsque le peuple d’Israël s’est établi dans la Terre Promise, le système de gouvernement était théocratique, c’est-à-dire, le gouvernement était conduit par l’Esprit de Dieu, à travers Ses prophètes déterminés par Dieu. C’est pourquoi, il n’y avait pas d’ennemi qui résistait à Israël. La Mer Rouge, le Fleuve Jourdain, ou même les plus hautes murailles de Jéricho n’étaient rien face à l’Éternel des Armées d’anges. Tous les ennemis sont tombés devant le peuple de Dieu jusqu’à la conquête de la Terre Sainte, parce qu’ils étaient guidés par l’Esprit de l’Éternel Dieu Tout-Puissant.
La même chose se produit de nos jours avec le peuple qui se dit de Dieu. Chaque Chrétien doit appliquer le même système de gouvernement (théocratique) dans sa vie pratique s’il veut prendre possession de sa Terre Promise (le Salut éternel). Et comme la nuée Divine guidait Israël, la nuit et le jour, sans cesse, tout au long des déserts, l’Esprit de l’Éternel guidait aussi ceux qui se soumettent à Sa direction (système théocratique).
Évidemment, dans le système théocratique il ne peut pas y avoir de corruption, de mensonge, de tromperie et toutes les autres formes d’injustices ou de péché. Tous doivent suivre, en obéissance à la Parole de l’Éternel de forme inconditionnelle. C’est la recette du succès laissée par les enfants d’Israël jusqu’à leur conquête totale de la Terre Promise.
Néanmoins, la jalousie envers leurs voisins, dont le système de gouvernement était la monarchie (royaume des hommes), a fait les princes d’Israël demander à l’Éternel le même système, c’est-à-dire, la monarchie qui, plus tard, deviendrait l’anarchie. De là, est né l’esclavage de l’homme par l’homme.
Le concept de théocratie (qui forme l’État théocratique) a surgi du Grec, où «théo» signifie «dieu» et «cratie» veut dire «gouvernement», c’est-à-dire, théocratie signifie «Gouvernement de Dieu» ou «gouvernement Divin».
 Il ne reste plus qu’une question: À quel système de gouvernement êtes-vous soumis? Théocratique ou «démo» – cratique ?
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

La grandeur de la pureté

Ce n’est pas une nouveauté pour ceux qui sont de la foi que Dieu est fort et souverain, cependant, ce que beaucoup ne connaissent pas, c’est la source de cette force, d’où jaillit cette souveraineté.
Notre Dieu est pur, sans mélange, transparent, sans contamination, sans rien d’autre que ce qu’Il est vraiment. En Dieu, il n’y a pas de demi-mesure ou de partialité, Il est ce qu’Il est! Il est total!
La pureté de Dieu est Sa force, Il est la propre force parce qu’Il est pur!
La volonté du Très-Haut est que nous soyons semblables à Lui, purs, afin que de cette façon, nous soyons aussi forts et permanents.
Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu’Il est. Quiconque a cette espérance en Lui se purifie, comme Lui-même est pur. 1 Jean 3:2-3
Vous avez sans doute remarqué l’immense différence entre un parfum et une eau de cologne, n’est-ce pas?
Un parfum pur est la pure flagrance, sans additifs tels que l’eau ou l’alcool. Pour ne pas avoir quelque chose de plus ajouté à son essence, ce parfum devient beaucoup plus cher, plus fort et avec une fixation efficace, restant sur la peau de l’utilisateur pendant beaucoup plus longtemps. La cologne est diluée (contaminée) et cela la rend faible, pas chère et avec une courte fixation.
Beaucoup de ceux qui souhaitent atteindre la plénitude de Dieu ne réalisent pas ce détail, qu’il est impossible d’être comme Il est, étant contaminé, nourrissant la malice et les intentions personnelles. Cette différence est notoire à des époques comme la Campagne d’Israël, dans laquelle beaucoup se trompent avec des offrandes sales, contaminées, avec la vanité et le désir de prouver à tout le monde, comment il a obtenu ceci ou cela, lorsqu’en réalité, nous devrions SACRIFIER avec pureté pour glorifier notre Dieu avec les résultats, avec des témoignages splendides et ainsi élever encore plus Son Nom.
Le monde considère les purs comme des «faibles et des stupides», pour ceux qui sont charnels, la pureté se résume à la naïveté ou à la facilité à tromper. Mais pour Dieu, les purs hérite: dont de TOUT, ils demeureront, ils verront Sa face. Pour Dieu, les purs sont FORTS!
Donc, nous allons faire cette analyse, revoir nos intentions, nous sommes purs dans nos SACRIFICES, nous déversons aux pieds de notre Seigneur toutes les impuretés, toutes les pensées douteuses plantées par des discours diffamatoires. Nous sommes comme Il est, PURS.
Je connais leurs œuvres et leurs pensées. Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues; elles viendront et verront Ma gloire. Esaïe 66:18
Bianca Carturani
Collaboration: Bianca Carturani
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...