dimanche 14 octobre 2018

La tactique du diable

L’Éternel dit à Satan: D’où viens-tu?
La réponse fut immédiate:
De parcourir la terre et de m’y promener. (Job 1:7)
Le diable parcourt et se promène sur la terre, pour faire quoi?
Pour profiter de ses derniers jours?
Non, mille fois, non! Mais pour investir le reste de ses forces dans la moisson des âmes.
Certainement, la terre, où il se promène n’est pas la planète Terre, car elle se trouve déjà dans les ténèbres.
La terre qu’il parcoure et se promène est l’Église du Seigneur Jésus. C’est là où se trouve sa cible.
Tandis que les serviteurs du Très-Haut pêchent les âmes perdues, là-dehors, le diable travaille à l’intérieur des églises afin de pêcher les âmes sauvées.
Attention, pasteurs et brebis.
Le diable ne travaille pas à l’extérieur de l’Église.
Attention, membre du corps du Seigneur Jésus-Christ!
Le diable veut vous attraper. Bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer.
Quelle est sa tactique?
La première chose qu’il fait est d’envoyer «quelqu’un» pour l’inviter à visiter «sa» dénomination. Ce «quelqu’un» est gentil, cordial et très convaincant.
En d’autres termes, il veut vous séparer du brasier. Une fois hors du brasier de la foi (Église), automatiquement, votre foi va s’éteindre.
Cela signifie: dès l’instant où vous restez seul (même au milieu des «mauvais frères» que vous pensez être des frères), votre salut, qui dépend de la braise de la foi, vous courrez le grave risque de vous éteindre.
Vous pourrez alors remarquer que leurs sujets de conversation sont différents et ne stimulent jamais la foi. Au contraire, ils promeuvent les doutes.
Doutes dans l’intérieur ajoutés aux doutes extérieurs, provenant des messagers de l’enfer. Ils lancent la malice dans les doctrines apprises et qui auront de l’effet dans le passé.
Ils utilisent des versets bibliques de manière erronée pour renforcer les doutes, bref, ils font ce que le diable a fait à Jésus dans le désert.
Ils essaient, essaient et essaient avec des mots sensibles, remplis d’émotion et de doutes.
Écoutez et méditez cette Parole de Dieu:
“Je vous donnerai des bergers selon Mon cœur et ils vous paîtront avec intelligence et avec sagesse.” (Jérémie 3:15)
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

samedi 13 octobre 2018

Par la foi le juste se révolte

En raison de Sa nature spirituelle, Jésus était Un Révolté. Et cela ne pouvait pas en être différent.
Après tout, pour être possédé par l’Esprit de la Justice, Il ne s’inclinerait pas au règne de l’esprit de l’injustice.
Tous ceux, qui sont possédés par l’Esprit de Dieu, portent en eux-mêmes la révolte contre les esprits de la corruption spirituelle et morale.
Pour ces derniers, il est inadmissible d’avoir l’Esprit de Dieu et en même temps, faire l’objet d’injustices qui, au fond, proviennent de l’enfer.
La permission Divine n’est pas, en cela, un signe de Sa volonté. Au contraire, Dieu permet l’action des ennemis de la justice pour que Ses enfants, les enfants de la Justice se révoltent, luttent et l’emportent. 
 Cela réveille la foi des sincères trompés. Cela les fait voir qu’il y a Un Dieu Vivant et Tout-Puissant prêt à les délivrer.
 Il en fut ainsi dans le passé. La Terre Promise n’a pas été un cadeau. Malgré sa promesse garantie, elle a dû être forcée. En d’autres termes, sa conquête a coûté de nombreuses vies. Cependant, au fur et à mesure, que les enfants d’Israël avançaient d’un pas, ils prenaient possession de cet espace.
La présence de Dieu avec eux ne signifiait pas que le chemin serait facile. Aujourd’hui, cela n’est pas différent. Pour moi, cela n’a pas été différent.
Aussi sûr que Dieu existe, je sais qu’Il est avec moi. Cependant, jamais, à aucun moment, je trouverai des facilités sur mon chemin.
 Vous aussi, vous connaissez, tout du moins, une personne qui me déteste gratuitement, n’est-ce pas?
 Il y a de nombreuses années, un beau jour, j’ai même réclamé, en disant: «Seigneur, tout est si difficile pour moi. Tu sais bien pour qui je lutte et mes objectifs ne Te sont pas cachés. Pourquoi tant de barrières d’injustices? »
Au même instant, le Saint-Esprit a répondu: «La lutte est grande, mais la victoire est certaine».
 J’ai immédiatement recouvert mes forces et je me suis lancé pour le tout ou rien. Après tout, je n’avais et je n’ai rien à perdre.
Par conséquent, voici un message pour mes persécuteurs: je vais exploser! 
Et quelles qu’en soient les lois pour essayer de m’arrêter, elles serviront d’appui pour que mes pieds montent plus haut.
 Et, si mon Seigneur vous permet de me tuer, sachez que les semences plantées vont bien plus porter leurs fruits que lorsque j’étais vivant.
Soyez bénis ceux qui assument la foi vivante au Dieu Vivant!
Dieu est un juste juge, Dieu s’irrite en tout temps. Psaume 7:11
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Violence de la Foi Audacieuse



La foi, qui pense, est audacieuse, elle est violente, elle est folle, elle est surnaturelle.
Violente parce qu’elle ne se satisfait pas de croire au Dieu d’Abraham et de vivre comme Lazare;
Violente parce qu’elle refuse de croire au Dieu de Moïse et de continuer à vivre comme l’esclave des égyptiens;
Violente parce qu’elle rejette de croire au Dieu de Josué et de ne pas prendre possession de Ses promesses;
Violente parce qu’elle n’admet pas de croire au Dieu de Gédéon, d’être appelée de frère et d’être soumise aux humiliations des ennemis;
Violente parce que si elle croit que le Dieu de David est Le même, elle ne permettra jamais à ce que de nouveaux Goliath prévalent dans sa vie;
Violente parce que si Son Fils a déjà dépouillé les principautés et les puissances, alors elle ne peut admettre que ces derniers aient la domination;
Violente parce qu’elle violente tout mon être pour prendre possession du Royaume des Cieux;
Violente parce que, bien qu’Il soit le Dieu de Paix, Il a promis qu’Il écrasera bientôt Satan sous nos pieds. Romains 16:20;
Violente parce qu’elle est constamment révoltée et en guerre contre les forces des ténèbres.
La violence de la foi, qui raisonne, est contre le monde et le monde contre celui qui la possède.
C’est pourquoi celui, qui la possède, se rend ami de Dieu et ennemi du diable.
Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. Jacques 4:4

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

La FOI EST ou N’EST PAS

La foi est une certitude absolue;
Elle est raison;
Elle est intelligence;
Elle est la conviction que Dieu accomplira ce qu’Il a promis.
La foi ne surgit pas du rien;
Elle ne vient pas par chance, elle ne tombe pas du ciel comme la pluie;
Elle vient par l’action de l’Esprit de Dieu,
Pour celui qui écoute Sa Parole,
Elle est pratique.
La foi ne console pas la veuve, l’orphelin ou l’endeuillé;
Mais elle supprime ses douleurs et ses tristesses.
Elle n’assouvit pas la faim de l’affamé,
Ne donne pas de logement au sans-abri;
Mais,
De la poussière Il retire le pauvre, du fumier Il relève l’indigent, pour les faire asseoir avec les grands. Et Il leur donne en partage un trône de gloire; car à l’Eternel sont les colonnes de la terre, et c’est sur elles qu’Il a posé le monde. I Samuel 2:8
Ainsi comme vient la foi,
Vient aussi le courage pour l’exécuter.
Foi et courage cheminent ensemble parce qu’ils proviennent du Saint-Esprit.
La foi n’est pas une émotion;
Elle n’est pas un sentiment;
Elle n’est pas une sensation de bien-être.
LA FOI EST LA VIE!
Parce qu’en Lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit: Le juste vivra par la foi. Romains 1:17
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Le secret de l’absence des doutes

Tout le monde sait que la peur fait partie de l’être humain.
Le riche a peur de devenir pauvre et le pauvre de ne pas avoir les conditions d’entretenir sa famille;
Les opprimés ont peur du noir, des hauteurs, de l’ascenseur, de ne pas monter de niveau scolaire, etc.;
Les bien-portants ont peur de tomber malades et les malades, ont peur de mourir;
Les malades ont peur de ne pas être guéris;
Les femmes célibataires ont peur de l’enfermement de la solitude;
Les religieux ont peur d’aller en enfer;
Les endettés ont peur de ne pas honorer leurs engagements;
Les traitres ont peur d’être découverts;
Les malfaiteurs ont peur d’être arrêtés;
Les politiciens ont peur de perdre les élections.
Comme nous le voyons, en quelque sorte, la peur est présente dans la vie de chacun.
Certains plus, certains moins. Mais tous sont porteurs d’un tel sentiment.
Même ceux, qui étaient plus proches de Dieu, avaient leurs peurs.
Abraham a eu peur d’être tué à cause de sa femme;
Avec Isaac cela n’a pas été différent;
Jacob s’est enfui avec la peur de son frère Esaü;
Moïse s’est enfuit de l’Égypte ayant peur de Pharaon;
Gédéon a eu peur de détruire l’Autel de son père en plein jour;
David a eu le courage d’affronter Goliath, mais a fui d’Absalom, son fils;
Le grand prophète Elie a eu peur des menaces de Jézabel et s’est enfuit dans le désert.
Tout au long de l’histoire de l’humanité, Le Seul qui n’a pas eu peur, fut Jésus.
Il a affronté des adversaires et la mort sans esquisser une quelconque crainte.
Pourquoi?
Parce qu’Il était rempli du Saint-Esprit.
Être rempli de l’Esprit de Dieu signifie être vide de peur.
Comment est-il possible d’être rempli de l’Esprit de Dieu?
Lorsque l’esprit est 100% occupé avec les Pensées de Dieu, Sa Parole.
Voilà le pourquoi de l’ordre: “…Soyez (…) remplis de l’Esprit.” Éphésiens 5:18
Rempli de l’Esprit signifie l’absence de toute influence de ce monde.
Y compris des craintes, des menaces et des terreurs.
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Le Pouvoir de la Détermination

Tout ce qui pouvait être fait, a été fait, mais aucun résultat.
Douze années d’hémorragie quotidienne semblaient une éternité.
Médecins, médicaments et même médecine alternative avaient consommé toutes ses ressources et… rien!
Famille, voisins et amis n’ont pas pu l’aider.
Des paroles d’espoir et de confort n’ont avancé à rien.
Mais lorsque quelqu’un lui a parlé de Jésus, ses forces sont revenues, sa foi est née de nouveau, elle a agi et est allée à la recherche du Puissant Inconnu.
Malgré la condition physique extrêmement fragilisée, additionnée aux difficultés du voyage, rien ne l’a empêché de vaincre les barrières et d’arriver à Jésus. Ni même la foule autour de Lui, l’a mené à désister.
Ses convictions étaient si fortes, qu’exposer ou non son problème, rien ne pouvait l’empêcher de recevoir le miracle. Elle avait déjà déterminé cela.
«Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie.»
Et cela est arrivé!
Exactement comme elle l’avait déterminé.
L’Esprit de Dieu est à la recherche de personnes déterminées, convaincues, décidées, osées, audacieuses, vaillantes et courageuses pour manifester Ses grandeurs.
Des personnes qui assument la foi indépendamment des difficultés.
Dans chaque miracle, il y a une guerre entre les convictions personnelles et les circonstances apparentes.
Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 2 Corinthiens 10:4
Celui qui croit aux Promesses, les revendique de Celui qui les a promises, lutte avec les armes de la foi et conquit.
Celui qui n’y croit pas, essaie, tente, risque ou conte sur la chance.
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Il était une fois…

Il était une fois, un beau pays, géant par sa propre nature et l’appel retentissant d’un peuple héroïque.
Un pays où le soleil de la liberté, de ses rayons fulgurants, brillait.
Une nation qui, même nourrie d’amour et d’espoir, ne fuyait pas la guerre, parce que les gens comprenaient que l’amour pour la patrie était de combattre le mal et de ne pas prétendre ne rien voir, juste pour avoir reçu un sac de manioc des étrangers.
Il était une fois un endroit où les gens honoraient leur famille et leur foi, un endroit où les enfants de la terre avaient, oui, une mère douce et une patrie adorée et protégée.
Il était une fois des gens, qui élevaient le glaive de la justice,ne fuyaient jamais le combat et ne craignaient, ni même, la mort.
Un pays fort de personnes honorées, qui comprenaient que la figure d’un roi devait être forte et montrer l’amour à son peuple, en vainquant les guerres, sans donner un sac rempli de nourriture pour gagner la sympathie et contrôler les pauvres.
Il était une fois, un pays où les gens comprenaient l’importance des batailles et savaient que seulement à travers elles, viendrait la liberté si rêvée.
Une nation où le seul rouge, qu’il connaissait, était la poudre d’urucum appliquée sur le visage de ses beaux Indiens et Indiennes.
Un pays qui luttait seulement pour son vert et jaune.
Ah! Ce pays qui savait garder sa foi et ne mélangeait pas le correct et l’erroné, juste pour paraître moderne et engagé dans le globalisme.
Dans ce pays, on valorisait les racines et pas seulement les branches. Là les gens accordaient de l’importance à ce qui ne pouvait pas être vu à l’œil nu, car il n’y avait pas de fake news, il y avait uniquement des citoyens qui disaient la vérité, même si leurs paroles étaient fortes.
Oui, ce pays savait valoriser la racine et pas seulement les feuilles ou les fruits!
Entre mille autres, c’est toi, le Brésil Ô patrie bien-aimée!
Bianca Carturani
Collaboration: Bianca Carturani

vendredi 5 octobre 2018

L’Autorité de Dieu

En plus d’être un instrument de Salut éternel, la foi intelligente, rationnelle ou surnaturelle est aussi l’outil de l’autorité spirituelle. Les peuples du monde ont été dominés par les forces spirituelles du mal. Les injustices sociales, familiales, les tragédies et les désastres sont les conséquences de ces forces.
Toutefois, ceux qui sont nés de l’Esprit de Dieu, bien qu’ils vivent dans le monde, ne sont pas soumis aux forces du mal. Sauf s’ils ne font pas usage de l’autorité de la foi que Dieu leur a concédée. Il a donné à Moïse la verge, comme instrument d’autorité pour manifester Ses faits glorieux. Aujourd’hui, Il donne à Son peuple la verge de la foi pour vaincre l’«Égypte» de ce monde.
Si un tel instrument n’est pas utilisé contre le mal, c’est autre chose! Mais l’autorité Divine a déjà été donnée à Ses suiveurs. Voyez le message du Seigneur Jésus-Christ à Ses disciples:
Voici, Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. Luc 10:19
Ainsi, cher lecteur, si vous êtes, réellement, né de Dieu, alors il y a du pouvoir entre vos mains pour neutraliser TOUTE LA FORCE DE L’ENNEMI, qui vous attaque! La foi est le pouvoir et l’Autorité de Dieu à votre service. Utilisez-la!
Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Témoin devant le Trône de Justice


Il n’y a pas comment nier le pouvoir d’offrir. Victoires et défaites dépendent de la foi de chacun, c’est-à-dire, du don de soi de chacun. Les compétitions sportives, par exemple, sont gagnées par l’effort, la performance et le dévouement de ses participants. Quiconque va entrer dans une compétition, s’il ne croit pas en lui à 100 %, il va perdre.
La Sainte Bible parle exactement de ce don de soi (offrande) total. Ceux qui sont soumis à cette foi deviennent les héros de la foi.
Qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions,teignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection; d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. Hébreux 11:33-38
Les héros de la foi ne sont pas nés héros. Ils sont devenus des héros, parce qu’ils ont appris à se sacrifier pour ce qu’ils croyaient véritablement. Ils ont été intrépides, courageux et, par-dessus tout, sincères. Leurs vies étaient l’offrande vivante sur l’Autel de Dieu, parce qu’ils ont changé leurs rêves et leurs projets personnels pour la cause du Seigneur Jésus-Christ.
L’offrande représente la vie de celui qui offre sur l’Autel. Elle a toujours été, est et sera toujours la matérialisation de la foi, de la croyance ou de la dépendance de Dieu. Il est impossible de manifester cette foi sans s’offrir.
L’offrande témoigne également si la foi de celui qui offre est sincère ou non. Comment puis-je savoir si celui qui offre est sincère ou pas? Dieu sait, toutefois, que Sa justice exige un témoin pour le Jour du Jugement Final.
En revanche, l’offrande est volontaire. Celui qui croit, donne. Même ainsi, ce n’est pas n’importe quelle offrande, qui plaît ou qui est acceptée par Dieu. Elle doit être pure, sincère et de tout mon cœur. Dans le cas contraire, elle est rejetée.
Par exemple:
Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc. Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces. Et il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres; car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre. Luc 21:1-4
L’offrande de la veuve témoigne votre qualité de foi parce qu’elle est restée dans la totale dépendance de Lui; les offrandes des hommes riches ont témoigné le contraire, parce que c’était ce qui leur restait. La veuve a attiré l’attention du Seigneur Jésus, qui a profité de son exemple pour enseigner aux disciples le genre d’offrande, qui plaît à Dieu. Mais l’offrande des riches a témoigné contre eux et a été rejetée.
La même chose s’est produite en ce qui concerne les offrandes de Caïn et Abel. L’offrande de Caïn a témoigné contre lui et a été rejetée; tandis que l’offrande d’Abel, par elle il obtint le témoignage (de Dieu) d’être juste.
C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. Hébreux 11:4
Je pense que c’est la raison pour laquelle le Seigneur Jésus a enseigné:
Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. Luc 6:38 – Luc 21:1-4

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Le malheur du juste et du méchant


Tout arrive également à tous; même sort pour le juste et pour le méchant, pour celui qui est bon et pur et pour celui qui est impur, pour celui qui sacrifie et pour celui qui ne sacrifie pas; il en est du bon comme du pécheur… Ecclésiaste 9:2
Tous les hommes de la Terre, indépendamment de leur caractère ou de leurs conditions humaines, font face au malheur. Cela arrive, parce que nous vivons dans un monde où règne la rébellion contre Dieu. Pour plus que nous marchions dans l’obéissance au Très-Haut, nous allons constamment vivre, entourés par des gens, qui Lui sont désobéissants et leurs choix vont également interférer dans notre vie.
En revanche, ceux qui vivent éloignés de Dieu, en plus d’être touchés par l’injustice d’autrui, le seront aussi par la propre injustice. En tout cas, les justes et les méchants seront atteints par le malheur, tout simplement, parce qu’ils vivent dans le même monde. 
La différence, n’est pas dans ce qui vient sur l’un et l’autre, mais dans la puissance que ces événements ont sur la vie de l’un et de l’autre.
La Bible affirme que: Le malheur atteint souvent le juste, mais l’ÉTERNEL l’en délivre toujours. Psaumes 34:19, et, pendant ce temps: Le malheur tue le méchant, et les ennemis du juste sont châtiés. Psaumes 34:21.
Notez que, malgré le malheur, dont le juste est souvent atteint, il n’en sort jamais lésé. D’autre part, un seul malheur finit par atteindre le méchant de telle façon que sa situation devient alors irréversible, quant à la mort.
Et vous verrez de nouveau la différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne Le sert pas.Malachie 3.18
Le malheur n’a pas le pouvoir de détruire le juste, parce que Dieu, Lui-même, l’en délivre. Alors, son effet est contraire: le malheur rend le juste plus fort, plus expérimenté et plus proche de Dieu. Mais il a le pouvoir de détruire le méchant, parce qu’il ne peut pas compter sur le Tout-Puissant pour l’en délivrer, car il est indifférent à Sa Parole et à Sa Présence.
Les effets, que le malheur a sur votre vie, montrent si vous êtes juste ou méchant devant Dieu.
Un titre, une position ou une réputation peuvent masquer l’état réel d’une personne, mais il est notable dans les difficultés qu’elle rencontre. Si vous avez été délivré des malheurs et, en chacun d’eux, vous restez plus fort, Dieu vous a épargné, parce qu’Il voit, en vous, un bon et fidèle serviteur. Mais si un unique malheur a été ou est en mesure de vous déstructurer, c’est le signe que vous êtes à un pas de l’enfer, pour vivre une vie éloignée des Commandements de Dieu.
Affronter le malheur n’est pas votre décision, en aucun cas, il fera partie de votre vie, mais c’est à vous de choisir de vous en délivrer ou d’être fauché par lui, d’être juste ou méchant devant le Très-Haut.


Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...