mardi 16 mai 2017

L’Offrande en tant que Témoin


  • Dieu est Esprit. Pourquoi l’Esprit Éternel, le Créateur des Cieux et de la Terre, requiert de Ses adorateurs des offrandes matérielles? 
    Que signifient les dîmes et les offrandes si, dans la pratique, elles n’ont aucune utilité pour Celui Qui est Esprit?
    Tout d’abord, les dîmes et les offrandes matérialisent les sentiments de celui qui offre envers Dieu;
    Deuxièmement, les dîmes et les offrandes sont témoins du jugement final de ceux qui les offrent.
    Le saint texte dit:                                              
    C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn; c’est par elle qu’il fut déclaré juste… (Hébreux 11:4)
    Comprenez que si “c’est par elle qu’il fut déclaré juste…”, c’est parce que son offrande de sacrifice a été acceptée, Abel a été déclaré juste. En d’autres termes, la qualité de son offrande de sacrifice l’a fait juste aux yeux de Dieu. 
    En d’autres termes, l’offrande d’Abel a témoigné en sa faveur, elle l’a défendu et a justifié toutes ses failles, c’est-à-dire l’a rendu juste. C’est pourquoi il y a deux faits à considérer dans son offrande de sacrifice: 
    1 – Elle a témoigné en sa défense sur Terre parce que son cœur a été droit envers Celui qui est Esprit. C’est la foi pure;
    2 – Elle est devenue son témoin de défense dans les Cieux au jour de son jugement.
    Caïn et Abel symbolisent les deux genres d’offrandes qui sont présentées devant Dieu. Que vous le croyez ou non, bibliquement les dîmes expriment la fidélité des prémices et les offrandes matérialisent la sincérité de l’amour envers l’ÉTERNEL.
    Tant les dîmes que les offrandes typifient le Fils de Dieu, Jésus-Christ. Il a été l’Offrande de Dieu pour le Salut de ceux qui croient. 
    En tant qu’Offrande, Il est le Témoin Fidèle et Véritable de ceux qui se donnent à Lui inconditionnellement.
    C’est pourquoi, ici sur Terre, si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité (I Jean 1:9) et nous rendre justes devant le Père.
    Et dans les Cieux, devant Son Tribunal, les offrandes accuseront ou défendront ceux qui offrent.
    «Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable (Jésus), le commencement de la création de Dieu…» (Apocalypse 3:14)
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    Un médecin sauve un médecin



    Bonjour, évêque!
    Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour la direction que vous nous donnée, par le biais du Saint-Esprit, principalement en ce qui concerne le fait de gagner des âmes.
    Une patiente âgée de 72 ans, malade d’un cancer, est venue faire un traitement. Elle est la directrice et l’une des plus grandes chirurgiennes plastiques d’un grand centre hospitalier du Portugal, elle a formé de nombreux médecins spécialistes dans le pays et à l’étranger et est bien connue sur la scène internationale. Malgré les titres, elle a toujours été simple et vouée à la discipline, mais jamais arrogante. Je la connaissais depuis quelques années, à l’époque, elle était également la directrice de médecins, qui ont fait des spécialités, y compris moi-même.
    Un jour, elle entra dans le cabinet et j’avais le livre du Temple de Salomon ouvert à la page du chandelier avec le nom de Jésus (Yéshoua) et elle a voulu en connaître la signification, j’ai expliqué de quoi il s’agissait et j’ai aussi parlé au sujet du livre d’Exode. Elle a tellement aimé qu’elle m’en a demandé un exemplaire.
    Dès lors, je lui ai parlé de l’importance du Salut. Elle a accepté de se rendre à l’Universelle avec moi et, le premier dimanche, elle en est sortie radieuse et heureuse et a dit: «Je vous remercie beaucoup pour m’avoir fait connaître ce Dieu que je ne connaissais pas.» Durant presque 3 mois, qu’elle est allée à l’église, les dimanches, vendredis et mercredis, elle était fidèle à tous les vœux, devenant fidèle à la dîme et aux offrandes. Les jours qu’elle appréciait le plus, étaient le dimanche et le mercredi, lors de la Nuit de l’Époux, elle disait se sentir dans les nuages. Elle n’a jamais remis en question la dîme ou l’offrande, car elle disait que, lorsque c’est pour Dieu, c’est un plaisir de donner.
    Elle était catholique et, par elle-même, elle a décidé de se défaire de toutes les images qu’elle avait à la maison. Elle a acquis une Bible et suivait de près tout ce que le pasteur prêchait et lorsque le pasteur ne citait pas le chapitre ni le verset, elle allait voir les ouvriers pour prendre note et le lire à la maison. Elle est allée à la librairie de l’église et a posé des questions sur le sens de la Mézouza et en a mis une chez elle.
    Avec moins de 2 mois, elle s’est baptisée d’eau, a accepté le Seigneur Jésus et, lorsqu’elle est sortie de la submersion, elle a souri de joie et disait, en regardant le haut, «excellent… excellent.» C’est une telle joie qu’elle voulait saluer et embrasser tous les gens, elle n’a pas été incommodée par l’eau froide, même avec une grande frilosité dûe au type de chimiothérapie qu’elle faisait, de telle façon qu’elle était bien vêtue, même avec des températures de 25 ° c.
    Même affaiblie physiquement, elle a opéré le dernier patient, il y a 2 semaines, puis son état de santé s’est aggravé et elle est décédée il y a 4 jours, tranquillement. Je crois qu’elle est allée dans les bras du Seigneur Jésus.
    En résumé: en moins de 3 mois, elle a connu le Seigneur Jésus, l’a pardonné et a demandé pardon, elle a retiré les images de sa maison, est devenue fidèle à la dîme et aux offrandes, elle s’est baptisée d’eau et n’a jamais manqué un mercredi à l’église (je crois qu’elle a eu une rencontre avec Dieu). Elle a priorisé le Salut.
    Contrairement à une autre patiente qui, il y a quelques années, a été guérie d’un cancer à l’hôpital, mais a méprisé mon invitation d’aller à l’Universelle, par la suite, la maladie revint plus agressivement et elle est décédée deux ans plus tard. Dans l’agonie, elle a demandé qu’on lui mette une glace dans la bouche pour soulager la chaleur de son corps (comme le riche a demandé à Lazare).
    Évêque, c’est comme vous l’avez dit une fois en pleurant: Au moins une âme! Nous allons gagner des âmes!
    Mes amitiés, évêque! J’embrasse Mme. Ester.
     
    Albertina
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    vendredi 12 mai 2017

    La signature de Dieu dans Sa création



  • Le mot SEIGNEUR ou ADONAÏ en hébreu est יהוה. (Yud 10, Hey 5, Vav 6, Hey 5)
    Cependant, יהוה est un mot imprononçable jusqu’à ce qu’Il nous révèle Son Nom, Jésus (Yeshoua).

    Certaines personnes justifient cette traduction par YHWH (Yahvé) ou Jéhovah, mais il n’y a pas de sens dans la traduction.
    Dans la Bible en français et en anglais, lorsqu’il apparaît le mot SEIGNEUR ou LORD, tout en lettres majuscules, il est fait référence à יהוה.

    Source: Afonso de Vasconcelos Lopes – La science vraiment
    Collaboration: Evêque Miguel Peres
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo


    samedi 6 mai 2017

    Seigneurs et serviteurs

    Le seigneur de l’injustice investit et promeut le péché qui génère la mort; 
    LE SEIGNEUR de la JUSTICE investit et promeut le pardon qui génère la vie.
    Entre l’injustice et la JUSTICE, entre le péché et le PARDON ou entre la mort et la VIE se trouve l’être humain pour opter en faveur du seigneur à servir et obéir.
    Qui êtes-vous en train de servir? Qui est votre seigneur?
    Beaucoup ont considéré Jésus-Christ comme Seigneur, cependant ils servent le mensonge, la prostitution, la malhonnêteté, la fausseté, la tromperie, la trahison, les vices, bref, les désirs immoraux de la chair.
    Est-il possible de servir le Seigneur de la Vérité avec le mensonge sur les lèvres?
    Est-il possible de servir le Seigneur de la Sainteté et de vivre dans la prostitution?
    Est-il possible d’être l’habitation du Saint-Esprit et de servir le péché?
    Est-il possible d’être rempli du Saint-Esprit et de vivre dans la chair?
    Est-il possible d’avoir la Pensée de Christ et de suivre les pensées de ce monde?
    Est-il possible de partager l’amour avec le Seigneur Jésus-Christ et avec le monde?
    Est-il possible d’avoir reçu le pardon du Seigneur du Pardon et de ne pas pardonner?
    Est-il possible d’avoir l’Esprit de Dieu et d’être lâche? Timide?
    Est-il possible de compter sur la fidélité du Dieu Très-Haut et d’être infidèle?
    Est-il possible de servir l’Autel et de ne pas compter sur Sa provision?
    Est-il possible de considérer Jésus-Christ comme Seigneur et de Le voler dans les dîmes et les offrandes?
    Est-il possible de recevoir le baptême avec le Saint-Esprit sans être fidèle à la dîme?
    Nous savons que l’Esprit de Dieu nous a donné la foi pour vivre dans la foi et par la foi. Vivre dans la foi et par la foi consiste à pratiquer et à obéir aux principes de la Justice, de la Miséricorde et de la Foi conformément à ce qui est écrit ci-dessus.
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    samedi 29 avril 2017

    Discipline

    Le Saint-Esprit nous est donné pour nous discipliner! Dieu est discipline. Dieu est discipliné!
    Le mot discipline vient du latin discipulus, qui signifie «pupille». Pupille signifie disciple. Lorsque nous recevons le Saint-Esprit, Il nous discipline pour que nous soyons Ses disciples.
    TRÈS FORT! Quel honneur être un disciple du Saint-Esprit!

    Collaboration: Evêque Randal Brito
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    Gardez la foi


    Je pense beaucoup à Job, comme un exemple de foi saine. Le diable, en vérité, voulait toucher la foi de Job, la rendre infirme, c’est pourquoi il lui a tout enlevé: argent, enfants, santé et il a même utilisé sa femme et ses «amis», et quels amis!
    Enfin, le diable a essayé de tout faire pour toucher à la foi de Job, car il savait que s’il y touchait, il aurait l’âme de Job, mais voyez ce qu’il a dit:
    Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, et qu’Il se lèvera le dernier sur la terre. Job 19:25
    Job a tout perdu, mais il a gardé la foi. Et cette foi saine a apporté le double de tout ce qu’il avait perdu. Nous  pouvons perdre tout: santé, famille, argent etc., mais nous ne pouvons pas perdre la foi. Elle doit être saine, car à travers cette foi nous pouvons récupérer tout ce que nous avons perdu.
    Le diable sait que la seule chose qui peut le vaincre est la foi, c’est pourquoi il fait de tout pour la rendre infirme, l’affaiblir. Toute notre vie dépend de notre foi, même notre Salut, si elle est infirme, notre Salut sera en risque.
    Gardez votre foi! Acceptez le conseil que Paul a donné à Timothée:
    J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. 2 Timothée 4:7

    Collaboration: Evêque Henrique Costa

    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    L’Universelle dans la léproserie

    Lorsque Jésus fut descendu de la montagne, une grande foule Le suivit. Et voici, un lépreux s’étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si Tu le veux, Tu peux me rendre pur. Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre. Matthieu 8:1-3
    La lèpre et les autres maladies de peau étaient très communes dans le passé, spécialement à l’époque de Jésus. Elle peut être transmise facilement par le biais de la salive, la lèpre obligeait les patients à vivre isolés de la famille et de la communauté à laquelle ils appartenaient. En outre, elle n’avait pas de guérison et au fur et à mesure qu’elle s’aggravait, elle laissait le malade avec un aspect terrible, plein de plaies, de sécrétions et de mutilations.
    Tout cela faisait que le lépreux vivait privé de la convivialité sociale, vu que le simple acte de parler, de tousser ou d’éternuer apportait un danger de contagion à qui serait près de lui. C’est pourquoi, beaucoup vivaient dans des cavernes ou dans des espèces de colonies, loin des contacts avec les autres personnes. Au cas, où il aurait besoin de sortir de ce lieu, le malade devait sonner une cloche et crier «Immonde! Immonde!», pour que celui qui serait proche, sache qu’il était en train de s’approcher et ainsi de prendre distance (Lévitique 13:45-46).
    Cette forme d’annonce, de certaine manière humiliante, montrait que là, était en train de passer une personne immonde, en d’autres termes, quelqu’un contaminé par la lèpre. Néanmoins, le récit biblique montre que Jésus a touché le malade, même en sachant que quiconque touchait un lépreux devenait aussi impur, selon la Loi de Moïse.
    En guérissant le lépreux, le Seigneur Jésus a non seulement révélé Son pouvoir et Sa Divinité, mais Il lui a aussi donné la réinsertion de la convivialité familiale et sociale.
    Aujourd’hui, la lèpre est aussi connue par un autre nom: maladie de Hansen. Actuellement, sa guérison est possible, ce qui fait le stigmate de la maladie diminuer.
    Néanmoins, dans beaucoup de léproseries du Pays, où les malades étaient obligés de s’isoler en raison des politiques d’internement obligatoire, la découverte tardive du traitement a fait que beaucoup souffrent de déformations et de l’abandon de la famille et de la société. La plupart de ces endroits sont fermés. Néanmoins, dans le peu de léproseries, qui existent encore, vivent des personnes qui, à cause de l’isolement obligatoire du passé, ont perdu le contact avec leur famille, ou des patients qui, avec certains membres de leur famille, ont tout abandonné pour rester avec eux, ils n’ont plus où aller et restent donc dans ces endroits.
    Le travail évangéliste de l’Universelle
    Dans le quartier de Jundiapeba, à Mogi des Croix (SP), il existe une colonie de patients lépreux qui reçoit quotidiennement l’aide de l’Universelle. Les réunions se produisent dans une cellule, à l’hôpital du Dr. Arnaldo Pezzuti Cavalcanti, localisée à côté de la colonie. Des patients, des membres de leur famille et personnes qui viennent de la banlieue ont la possibilité de participer aux cultes, qui se produisent du dimanche au vendredi, à 19h30.
    Mardi dernier, le 18 Avril, par exemple, environ 100 personnes ont participé à la réunion réalisée par l’évêque Mauricio Amaral. Dans les cultes, des personnes, qui vivent dans la colonie, depuis environ 20 ou 30 ans – beaucoup sans plus avoir de contact avec la famille -, reçoivent l’opportunité d’être accueillies, touchées et guéries, comme le faisait le Seigneur Jésus, qui ne refusait pas d’aider tous ceux qui s’approchaient de Lui et cherchaient Son aide.
    Si par le passé, même proche, les personnes souffrant de maladies comme la lèpre étaient forcées à être retirées, aujourd’hui elles peuvent avoir accès non seulement à la guérison physique, mais aussi à la guérison spirituelle et à la restauration de la vie, par la foi en Jésus, le Seigneur.
    Et si dans la période Néo-testamentaire, les malades, les aveugles, les infirmes, les boiteux et les nécessiteux avaient besoin d’aller jusqu’à Jésus, pour qu’ils soient accueillis, aujourd’hui, Sa Parole, au moyen des œuvres évangélistes comme celles de l’Universelle, va à la rencontre de tous – infirmes dans la chair et dans l’âme –, pour qu’ils soient guéris de la lèpre physique, et, principalement, spirituelle.

    Collaboration: Jaqueline Corrêa
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    mardi 25 avril 2017

    Souffle de Vie

    Le souffle de vie, le souffle de l’Esprit ou souffle de Dieu montre l’action Divine qui a fait l’image d’Adam à être une âme vivante.
    C’est arrivé au jardin d’Éden, au début de l’humanité. Et le Même Esprit opère dans les jours actuels la nouvelle naissance, la naissance de l’eau et de l’Esprit. La différence est que l’image adamique, aujourd’hui, se voit chez ceux qui sont morts dans les délits et les péchés. Lorsque ces derniers entendent et obéissent à la Voix de Dieu (Sainte Bible), ils reçoivent le souffle (Foi) de l’Esprit, alors ils resurgissent sous forme d’esprits vivifiants (I Corinthiens 15:45), selon l’image du Seigneur Jésus-Christ.
    L’ETERNEL DIEU forma l’homme de la poussière de la terre, Il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. Genèse 2:7
    Le maître de la religion judaïque, le Seigneur Jésus a dit:
    «En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut VOIR le Royaume de Dieu.»
    Et Il a rajouté: «si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut ENTRER dans le royaume de Dieu.» (Jean 3:3;5)
     Par le biais de l’apôtre, le Saint-Esprit explique cette transformation:
     «Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant… Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel. Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.» (1 Corinthiens 15.45-48)
    L’oxygène qui a donné le souffle au premier homme pour faire de lui une âme vivante est le même oxygène qui engendre ceux qui sont nés de l’Esprit pour les rendre célestes. C’est-à-dire, la foi qui vient en écoutant la Parole de Dieu.
    Face à ce qui a été exposé, les suivantes questions demeurent:
    Cher lecteur êtes-vous né d’eau et d’Esprit? En d’autres termes: Né de nouveau?
    Etes-vous une créature céleste ou continuez-vous à être terrestre?
    Si vous mourriez aujourd’hui, cher lecteur, avez-vous la certitude de votre Salut?
    Car l’apôtre Paul conclut:
    …c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le Royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. (1 Corinthiens 15:50)
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo

    vendredi 21 avril 2017

    5 Signes d’une Foi Infirme

    Récemment, j’ai entendu parler de quelqu’un qui dit craindre Dieu, mais garde des rancœurs; une autre personne qui dit avoir beaucoup de foi en Dieu, mais s’enveloppe avec quelqu’un qui n’a pas la même foi et encore une autre qui dit être de Dieu, mais s’enveloppe étroitement avec son petit ami. Le pire c’est que cela est devenu de plus en plus commun. Beaucoup de choses que nous n’acceptions pas avant, à cause de notre foi, aujourd’hui elles sont tolérées et même applaudies par beaucoup qui se disent être de la foi. Aujourd’hui, vous voyez même ceux qui ont la responsabilité d’être des exemples, parlant mal de leurs leaders, comme s’ils oubliaient de Celui Qui les a placés comme leaders et Celui qu’ils servent!
    Nous vivons à l’époque de la tromperie, l’ère de l’Antéchrist – voilà pourquoi tout cela. L’esprit trompeur se jouent de beaucoup qui pensent être dans la foi et ne le sont plus, depuis beaucoup de temps. La pire chose est d’être trompé! Par le biais des cinq prochains signes, ce post a pour intention de vous aider à vous analyser et à vous réveiller avant qu’il soit trop tard.
    Premier signe: Vous croyez, mais en même temps vous doutez.
    La foi ne coexiste pas avec le doute. C’est comme si vous vouliez que la lumière coexiste avec les ténèbres. L’une est opposée à l’autre. Si vous avez des doutes, c’est parce que vous n’êtes pas dans la foi et si vous n’êtes pas dans la foi, vous n’êtes pas de la foi. C’est simple. Ceux de la foi croient et point final. Ils n’ont pas besoin de voir pour croire. Ils ne doutent pas si Dieu écoute ou pas; ils n’abandonnent pas, ne cessent de croire ni de confier.
    Second signe: La foi dépend de certaines circonstances.
    Si vous êtes dans l’église, vous êtes dans la foi, mais si vous vous êtes à l’école, facilement vous l’oubliez. Si vous êtes avec certaines personnes de la foi, vous êtes de la foi, mais avec d’autres, vous cachez tout de suite votre foi. Si tout va bien, vous êtes dans la foi, mais si vous passez par un problème ou même par une injustice, de suite vous vous affaiblissez et votre foi s’évanouit. Celui qui est dans la foi ne dépend de rien ni de personne pour être dans la foi, d’ailleurs, elle est encore plus évidente lorsqu’on est avec qui n’est pas de la foi ou lorsqu’on passe par des situations difficiles!
    Troisième signe: Votre foi est pour les autres.
    Vous avez la foi pour prier pour les autres personnes, pour leur parler de la Parole de Dieu et même pour servir Dieu avec votre temps, mais votre foi ne vous sert pas. Votre vie est bloquée, vous ne voyez pas votre foi fonctionner pour vous-même. Si l’on pouvait voir comment vous êtes à la maison, ils ne croiraient pas au Dieu que vous prêchez. Votre vie est une misère, vos parents ne vous respectent pas, vous êtes toujours malade et votre vie sentimentale n’existe pratiquement pas. Notre foi n’est pas seulement là pour nous sauver, mais pour conquérir la vie abondante que Dieu nous promet. Si ce n’étaient pas les miracles que Dieu a opérés dans la vie des héros de la foi, pourquoi lirions-nous à leur sujet dans la Bible? Qui est de la foi prêche cette foi principalement à travers sa vie.
    Quatrième signe: Votre foi est personnalisée.
    Vous faites tout ce que vous voulez et utilisez la Bible pour vous justifier:
    Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu’il approuve!Romains 14:22
    Il y en a qui vivent dans le péché et ne se condamnent pas, car ils disent «avoir la foi pour cela» ou que «ce qui importe c’est le cœur et non ce qu’ils font à l’extérieur». Le fait est qu’ils peuvent ne pas se condamner, mais leur conscience oui. Notre conscience sait exactement ce qui satisfait ou pas Dieu; elle Lui est fidèle. Si nous commettons des erreurs, elle nous accuse tout de suite, mais il y a qui l’ont cautérisée, comme est écrit en 1 Timothée 4:2:
    Enseignant des mensonges par hypocrisie, et ayant une conscience cautérisée.
    Cette cautérisation vous fait perdre la sensibilité et neutralise votre conscience. Mais comment cela peut-il arriver? Quand vous l’ignorez et vous vous justifiez continuellement, comme un disque cassé. Avez-vous déjà vu des gens qui vivent en se justifiant parce qu’ils pèchent? Un jour, ils vont réussir à neutraliser leur conscience et là, cela sera difficile de revivre dans la foi, malheureusement!
    Cinquième signe: La foi qui ne confie pas.
    Vous croyez, mais vous ne confiez pas, alors vous êtes toujours en train de faire les choses à votre façon, de donner un coup de main à Dieu. Vous croyez à la justice de Dieu, mais vous vous défendez aussi et vous vous justifiez devant les hommes ou sur vos réseaux sociaux et cercles d’amitiés. Vous croyez que l’Œuvre est de Dieu, mais vous ne respectez pas qui y est, vous n’acceptez pas ce qui est fait là et votre opinion est bien contraire à elle. Vous voulez faire la volonté de Dieu, dès lors que celle-ci soit conforme à la vôtre. Vous êtes engagé en tout, dès lors que ce soit quelque chose que vous aimez faire. Celui qui croit réellement confie aussi. Ni toujours la réponse de Dieu vient de la façon ou au moment où nous voulons. Lorsqu’il n’y a pas de confiance, la foi s’affaiblit.
    Si vous reconnaissez maintenant que votre foi n’a pas été vraie, repentissez-vous devant Dieu et les hommes. Ne continuez pas à vous cacher derrière vos «bonnes œuvres», car tant que personne ne le sait, cela sera facile de revenir à ce même type de foi. Mais si vous vous «exposez», vous sortirez de l’obscurité, où la tromperie domine et entrerez dans la lumière, où on ne peut plus tromper qui que ce soit.
    Si vous avez un titre à l’église, sacrifiez-le. Votre âme est plus importante que lui! Prenez un temps pour revenir au premier amour, pour vivre la vraie foi, pour avoir une rencontre avec Dieu et recevoir le baptême du Saint-Esprit. Ce n’est qu’ainsi que vous aurez une vraie foi.
    Dans la foi.
    Collaboration: Cristiane Cardoso
    Évêque Edir Macedo
    Évêque Edir Macedo
    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...